Ma p'tite boutique

lundi 25 juillet 2016

Le gaufrage avec la Curio (1)

Bonjour à tous !

Voici la suite de mes aventures avec la Curio ! Aujourd'hui, parlons un peu embossage  ....

En effet, de toutes les fonctionnalités innovantes de la Curio, la promesse de l'embossage est de loin la plus alléchante, à mon avis tout du moins.

Bien sûr, il ne faut pas s'attendre à un résultat comparable à celui obtenu par les machines qui utilisent les matrices de gaufrage, tant pis pour celles qui se voyaient déjà se débarrasser de leur Big Shot ou CuttleBug ! Pour autant, on parvient à obtenir des résultats assez intéressants.

Comment ça marche ?

Pour le gaufrage, la Curio dispose de 2 outils, des stylets adaptés à la machine, à pointe ronde plus ou moins large, et d'un tapis souple et épais, légèrement adhérent. Le tout fait partie des accessoires de base fournis avec la machine.



En fait de gaufrage, il est plus exact de parler de débossage. Le passage du stylet crée par pression une trace en creux dans le papier placé sur le tapis d'embossage. Pour obtenir un relief (embossage) il faut donc travailler sur le verso ... et en miroir donc. Pour celles qui s'arrachent déjà les cheveux à l'idée de devoir penser au mode miroir, il faut savoir que Silhouette Studio applique de lui-même le mode miroir dès qu'on paramètre l'embossage ... mais il faut quand même penser à retourner son papier !

Je dois reconnaitre que je n'ai pas encore vraiment réussi à embosser de manière satisfaisante ... mais je n'ai pas forcément testé avec le papier le plus adapté. Quoi qu'il en soit, ces derniers temps je me surtout focalisée sur le débossage et ses possibilités.

Embossage ou débossage, les premières difficultés - en dehors de la vectorisation - résident :
1° dans la fragilité du tapis
2° dans le positionnement du papier, en particulier si on veut combiner le gaufrage avec une impression (et donc utiliser les repères d'alignement)

1° Le tapis d'embossage est trèèèèèès fragile. Pour preuve, rien que le fait d'ôter le plastique de protection a suffit pour déformer la couche de mousse adhérente dans le coin.
Alors bien sûr, il ne faut JAMAIS mettre de scotch sur le tapis d'embossage, sous peine d'arracher le revêtement en même temps que le scotch. C'est ennuyeux car en cours de travail, la pression exercée sur le papier posé sur cette surface souple a tendance à faire se décoller les coins et les bords. Silhouette fournit de petites réglettes frangées en plastique, à imbriquer sur les bords du papier, dans l'objectif de le maintenir mais je ne trouve pas ça très pratique ni très efficace. Heureusement, la résolution du point suivant m'a aussi permis de contourner ce souci ...

2° Le tapis d'embossage ne comporte aucun quadrillage. Juste quelques repères en marge de la surface en mousse mais celle-ci étant plus large que la "surface utile", le point d'origine se trouve approximativement à 1 centimètre vers l'intérieur. Dans ces conditions, il est difficile de placer précisément son papier, et de le mettre bien droit. Quand on sait l'importance que cela peut avoir pour le print & cut et la détection des repères d'alignement, c'est fâcheux.

Pour y remédier, j'ai profité du fait que les différents tapis et plateformes nécessaires à la Curio se calent dans la base à l'aide de picots et de clips fixes. Tous les tapis et plateformes ont ainsi des perforations sur les côtés pour s'insérer sur les picots. 
Dans la couverture plastique d'un vieux cahier de mes enfants (c'était la fin d'année, ça tombait bien !) j'ai donc découpé un cadre au format du tapis, évidé la surface utile (6"x8,5") et reproduit les perforations pour qu'il s'ajuste exactement aux picots.


C'est vraiment très pratique à double titre : le plastique est suffisamment épais pour permettre de se caler sur les bords internes du cadre afin d'aligner parfaitement le papier, et on peut scotcher - sans risque - le papier sur les bords en plastique.

 J'ai créé le gabarit sur Inkscape et découpé à la Caméo. Pour ceux que cela intéresserait, je mets à disposition le gabarit en studio3, en svg et en pdf, dans le zip ci-dessous (pour la petite base 6x8,5") :


Quel papier utiliser ?

Le choix du papier est délicat. Il doit être suffisamment résistant et souple pour ne pas se déchirer, pas trop dense et relativement épais pour que l'empreinte soit nette ... et dans MON idéal, il doit aussi se trouver facilement et être économique !!! Surtout pour débuter et faire des tests !
Silhouette commercialise bien du papier spécifique mais quand on voit son prix, il y a de quoi être refroidi ! Du coup, j'ai testé avec ce que j'avais sous la main.
Le papier aquarelle que j'avais en stock était trop rigide. Je pense qu'il doit y avoir moyen d'en trouver du plus adapté, mais je n'ai pas trop creusé la question pour l'instant.
On m'a parlé d'un "papier torchon" chez LIDL qui donnerait des résultats assez bons : j'épluche consciencieusement tous les prospectus à l'affut de la prochaine vente éventuelle !
En farfouillant sur le net, j'ai aussi repéré un papier qui me semble prometteur mais vu les frais de port prohibitifs, je préfère profiter d'une prochaine virée à Paris pour en acheter sur place ... on verra à la rentrée, je vous tiendrai au courant.
En attendant, le papier qui m'a le plus satisfait jusqu'à présent est le basique Canson "C à grain" 224g qu'on trouve en grande surface.

Mais je m'étends, je m'étends et pour l'instant vous devez vous dire qu'il n'y rien de vraiment concret ! Alors pour mon prochain billet, je vous propose de passer aux travaux pratiques ! Et de réaliser ce type de carte que je vous ai déjà montrée précédemment :




Un motif avec des tracés juste débossés, couplé à un petit print&cut pour le texte. Le temps de préparer le pas-à-pas et je vous retrouve.

Merci d'avoir pris le temps de me lire et à très bientôt.

Bizzzz







3 commentaires:

  1. Bravo !!! et merci pour le retour le partage.
    Très belle cartes ! j'adore, tu maitrise pas mal la bête :)

    RépondreSupprimer
  2. Comme toujours ils pensent à tout ... enfin ils pensent surtout à bien nous faire dépenser notre argent entre consommables et papiers Heureusement que tu es débrouillarde et qu'aucune de ces machines ne te fait peur !
    Au risque de me répéter, tes cartes sont superbes, délicates et douces à souhait.

    Biz'♥

    RépondreSupprimer
  3. Merci Jygram pour ce résumé. Comme toi, c'est la fonction gaufrage qui aurait pu éventuellement me tenter, mais effectivement, tu es bricoleuse, heureusement.

    Je lirai tout de même la suite de tes aventures "curiosistiques".
    Bravo pour tes créas !
    Bisous
    Cricri

    RépondreSupprimer

Merci pour vos petits mots qui font toujours un immense plaisir. ♥